PLANTIER-NOGUIER

Par Justinien Raymond

Maire socialiste de Canaules (Gard).

Négociant à Canaules (Gard), dit aussi vigneron par son fils, Plantier-Noguier adhéra en 1900 à la fédération socialiste départementale autonome jusqu’à l’unité de 1905. La fédération socialiste SFIO le délégua au congrès de Toulouse (1908) ; il appartenait, depuis l’unité à son conseil exécutif.

Maire de Canaules en 1908, il était déjà depuis 1898 conseiller d’arr. du canton de Sauve où il avait été élu par 461 voix contre 383 au candidat radical et, depuis 1901, conseiller général du même canton. Aux élections législatives, il obtint, en 1906, 6 057 voix dans la 2e circonscription d’Alès et, en 1910, dans la 1re de Nîmes, 1 521 contre 4 514 à Fournier, socialiste indépendant, 2 429 au candidat radical et 7 314 au conservateur.

Son fils, Charles Plantier, fut un actif militant socialiste puis communiste du Gard, et un maire de Canaules.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article84477, notice PLANTIER-NOGUIER par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 27 mars 2017.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Compte rendu du congrès de Toulouse. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes I, op. cit., pp. 327 à 350, passim. — Compère-Morel, Grand Dictionnaire socialiste, p. 641. — RGASPI, 495 270 4780, autobiographie de son fils, Charles : il le dit vigneron.

ICONOGRAPHIE : Hubert-Rouger, op. cit., p. 320.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément