GUYOT Claude, Joseph, Antoine

Par Pierre Lévêque, Gilles Morin

Né le 28 février 1890 à Arnay-le-Duc (Côte-d’Or), mort le 30 avril 1965 à Arnay ; professeur ; militant socialiste SFIO ; maire d’Arnay-de-Duc (1926-1965), président du Comité départemental de la Libération, député de la Côte-d’Or (1945-1946).

Claude Guyot
Claude Guyot
Député

Fils de Jean, Philippe Guyot, propriétaire, conseiller municipal, et de Marie Chamilly, Claude Guyot, après des études aux collèges d’Arnay-le-Duc et d’Autun, bachelier en 1908, fut maître d’internat aux lycées de Mâcon (1908-1910) puis de Dijon (1910-1912). Licencié ès lettres (langue et littérature classique) en 1911 à la faculté des lettres de Dijon, il obtint un diplôme d’études supérieures en 1912 et travailla comme répétiteur au lycée de Vesoul (Haute-Saône) pendant quelques mois. Il commença son service militaire dans l’infanterie et fut maintenu sous les drapeaux en 1914. Blessé à deux reprises, il ne fut démobilisé qu’au printemps 1919 au grade de lieutenant. Titulaire de trois citations, il obtint la Légion d’honneur.

Claude Guyot reprit ses études comme boursier d’agrégation à la faculté des lettres de Lyon, et se maria le 12 août 1919 à Arnay-le-Duc avec Marguerite Vollot, native elle aussi de la commune et fille d’un comptable. Il eurent deux enfants

Il s’inscrivit ensuite à la Sorbonne, tout en étant répétiteur au lycée Louis Le Grand à Paris. Reçu à l’agrégation de grammaire en 1920 (classement spécial), il fut nommé à la rentrée suivante professeur au lycée de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) puis, effectua toute sa carrière de 1921 à 1950, au lycée Carnot de Dijon.

Dès 1911, Guyot avait adhéré au groupe socialiste de Dijon. Il s’y réinscrivit en 1921 peu après la scission. En décembre 1922, avec l’aide de Charles Bouhey-Allex et de Paul Faure*, il fonda la section socialiste d’Arnay-le-Duc. Entre les deux guerres, il prit part à presque toutes les campagnes de propagande du Parti socialiste SFIO dans le département.

Conseiller municipal et maire-adjoint d’Arnay-le-Duc en 1925, maire en 1926, Guyot fut constamment réélu dans cette commune qui, à son décès, comptait 2020 habitants, mais était un chef-lieu de canton. Au début de 1927, pour lutter contre la hausse des prix, il créa à Arnay-le-Duc une boucherie municipale qui subsista jusqu’à la fin des années 1960.

Claude Guyot fut candidat aux élections législatives de 1928 (2 805 et 7 331 voix), 1932 (2 805 et 7 331 voix) et 1936 (3 869 et 7 401 voix) dans l’arrondissement de Semur. Il se présenta encore au titre de la SFIO au conseil général en octobre 1934 dans le canton d’Arnay-le-Duc.

Il fut mobilisé de nouveau en 1939-1940, comme lieutenant au 81e régiment régional. Maintenu comme maire en 1941, il assurait le préfet de sa fidélité au gouvernement, mais lui fit savoir lors de rencontres, qu’il ne voulait rien renier de son passé, de sorte qu’il fut révoqué de ses fonctions de maire en 1942 comme « hostile à la politique intérieure et extérieure du Maréchal ».

Guyot prit alors part à la Résistance dans le groupe « Libération-Nord » et devint en novembre 1943 président du comité départemental de Libération auprès duquel il fut détaché en octobre 1944. Il contribua à l’épuration, à la remise en place des autorités locales et à la reprise économique.

Redevenu maire d’Arnay-le-Duc à la Libération, il fut candidat aux cantonales à Arnay-le-Duc en 1945 et 1949. En 1945, il fut battu par Pierre Meunier, alors inscrit au Parti radical-socialiste.
En deuxième position sur la liste socialiste, il fut élu député à la première Assemblée nationale constituante, le 21 octobre 1945. Membre de la commission de la Constitution il intervint sur le projet constitutionnel qu’il approuva et sur le budget de l’Education nationale. Toujours en deuxième position sur la liste socialiste, il ne fut pas réélu, le 2 juin 1946 pour la deuxième Assemblée nationale constituante ni le 10 novembre 1946 pour l’Assemblée nationale de la Quatrième République.

En pleine campagne électorale, La République de Bourgogne illustrée dans la deuxième quinzaine de novembre et Les Dernières dépêches reproduisent le 22 novembre 1946 des accusations de quatre témoins selon lesquelles il aurait livré des patriotes aux Allemands. Les responsables de La République furent condamnés pour diffamation. Il poursuivit son activité socialiste durant de nombreuses années, étant encore président départemental des élus socialistes en 1962 et maire d’Arnay jusqu’en 1965.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88048, notice GUYOT Claude, Joseph, Antoine par Pierre Lévêque, Gilles Morin, version mise en ligne le 15 mai 2010, dernière modification le 20 novembre 2021.

Par Pierre Lévêque, Gilles Morin

Claude Guyot
Claude Guyot
Député

SOURCES : Arch. Nat., F17/ 25375 ; F/7/15517 B, n° 5306 ; F/1a/3638 ; F/1cII/274 et 276.– Voir notice par Pierre Lévêque, DBMOF. — Site Internet de l’Assemblée nationale. — Arch. Dép. Côte d’Or, état civil. — Notes d’Alain Dalançon et de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément