GUYARD André, Marcel, Albert

Né le 9 août 1900 à Fougerolles-du-Plessis (Mayenne), mort le 28 mars 1973 à Maisons-Laffitte (Yvelines) ; instituteur ; militant syndicaliste de FUE.

Fils de Pierre-Jean Guyard, sabotier, et de Joséphine Védier, marchande, André Guyard devint instituteur. Il effectua son service militaire de mars 1920 à février 1923 au 169e régiment d’infanterie, qu’il termina au grade de sergent. Il fut nommé instituteur dans plusieurs localités de la Mayenne, à Alexain puis à Torcé-Viviers-en-Charnie, avant d’arriver à Laval.

À l’assemblée générale du 31 mai 1923, André Guyard fut élu membre du conseil syndical de la section départementale des membres de l’enseignement laïque de la Mayenne affiliée à la Fédération unitaire de la CGTU, en remplacement de Ménard.

En 1924, il fut désigné comme délégué titulaire de la Mayenne au congrès de Paris de la FUE qui se tint du 5 au 7 août. Le délégué suppléant était Auguste, Henri Durand.

Au cours de l’assemblée générale du 9 octobre 1924, il fut décidé de transformer le conseil syndical de l’ancienne « section syndicale » (voir Blanche Joseph*), en bureau du « syndicat ». Guyard fut nommé trésorier et le resta vraisemblablement jusqu’en 1926, date à laquelle il dut être remplacé par Léopold Ménard.

En 1928, succédant sans doute à Émile Goupil, il devint secrétaire du syndicat. Au début de 1930 il fut remplacé à ce poste par Gustave Queté.

Ala Liobération il se trouvait à Paris dans le XIVe arrondissement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article94475, notice GUYARD André, Marcel, Albert , version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 9 juillet 2021.

SOURCES : Arch. Dép. Mayenne, 1 W 2892. état civil, registre matricule. — L’Émancipation de l’Instituteur, mai 1923, juillet et novembre 1924. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément