ABRARD Félix, Marius

Par Albert Ayache

Né le 7 avril 1899 à Toulon (Var) ; instituteur ; militant syndicaliste du SNI et de la CGT, militant socialiste dans les Bouches-du-Rhône et au Maroc.

Félix Abrard était le fils de Simon, Louis Abrard, commis à la mairie, et de Joséphine Ferty, sans profession. Élève maître à l’École normale d’instituteurs d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), il devint instituteur.

Mobilisé en avril 1918 dans l’artillerie de campagne, il fut mis en congé illimité le 2 décembre 1919 et fut nommé en 1920 aux Penne-Mirabeau (Bouches-du-Rhône). Il revint à l’armée en avril 1921, pour terminer son service militaire de 3 ans, qu’il finit au grade de maréchal des logis en février 1922.

Il enseigna à nouveau aux Pennes-Mirabeau et se maria, le 11 août 1923, à Toulouse avec Marie-Jeanne Saint-Supéry.

Militant socialiste SFIO, il présida le comité de soutien républicain socialiste à la liste d’Edouard Bouffier (président d’honneur, Félix Gouin) pour les élections municipales de 1929, qui remporta un éclatant succès, selon le Petit Provençal (12 mai 1929).
Félix Abrard se remaria le 10 septembre 1930 à Marseille (Bouches-du-Rhône) avec Laure, Marie, Hélène Flagel. Puis il partit au Maroc où il enseigna à Dar Bouazza, près de Casablanca.

Secrétaire général de la section marocaine du Syndicat national des instituteurs en 1935-1936, il suivit avec une chaude sympathie les grèves de juin 1936 dont il rendit l’atmosphère dans un article du Maroc Socialiste de juin 1936.
Au congrès du SNI de juillet suivant, il demanda le rappel du Résident général au Maroc, Marcel Peyrouton, que Léon Blum remplaça effectivement en septembre par le général Noguès. Au congrès de 1937, il était symboliquement assesseur, avec Jacquet de Tunisie, dans la séance des débats corporatifs. Il était également membre de la commission administrative de l’Union des syndicats confédérés du Maroc (CGT) et, en 1937-1940, membre du bureau de la Fédération marocaine des fonctionnaires.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9649, notice ABRARD Félix, Marius par Albert Ayache, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 17 janvier 2021.

Par Albert Ayache

SOURCES : Arch. Dép. Var, état civil, registre matricule. — Le Populaire, 6 août 1936, 7 aout 1937 ; L’École libératrice (1935-1940). — Albert Ayache, Histoire du mouvement syndical au Maroc, t. I, 1919-1942, 1982. — G. Oved, La Gauche française et le nationalisme marocain, t. 1 et 2, 1984. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément