FOULON Raoul

Par Julien Cahon, René Lemarquis

Né le 13 novembre 1899 à Condé-Folie (Somme)  ; cheminot ; militant communiste à Longueau (Somme) ; conseiller d’arrondissement (1937-1939).

Fils d’un cultivateur et d’une mère qui tenait un débit de boissons à Condé-Folie, Raoul Foulon obtint son certificat d’études primaires et commença à travailler chez ses parents dès l’âge de treize ans. Il fit son service militaire en 1918 à Versailles dans le Génie. Libéré en 1921, il entra comme employé à Paris chez un gros marchand de charbon mais fut embauché en octobre de la même année à la Compagnie des Chemins de fer du Nord (matériel roulant), Raoul Foulon était domicilié à Longueau dans les années trente..Il épousa Marie Duris, née dans l’Indre, dont il eut deux enfants. Sa femme était à cette date secrétaire à la Section locale du CMF (comité mondiale des femmes contre la guerre).

Raoul Foulon qui s’était syndiqué le 1er avril 1926 à la CGTU, adhéra en mai 1934 au Parti communiste après avoir milité aux JC de Longueau. Il faisait partie de la cellule Quai-militaire à Longueau, région Picardie. Son activité fut surtout la propagande lors des diverses campagnes électorales où il était chargé de la vente du Travailleur de Somme et Oise et de créer des cellules dans les « campagnes réactionnaires » (Aubigny, Corbie, Daours, Blangy etc...). Il relatait comment le 7 mars 1937 il avait participé à Marcelcave à une action destinée à empêcher une « réunion fasciste ». Il fut élu en 1935 conseiller municipal de Longueau dont le maire était Prot. Secrétaire d’une cellule à Moreuil, il devint le 27 décembre 1936 secrétaire de la section de Longueau sur proposition de Brault, secrétaire général, après la démission de André Houplain. Foulon, secrétaire des AUS de Dury, effectua à l’occasion du 1er mai 1936 un voyage à Moscou et fut chargé de la propagande par la Fédération des AUS.

Raoul Foulon fut délégué en 1937 au congrès régional communiste d’Amiens où il fut nommé membre du bureau régional. Syndicaliste à la CGT, il participa à tous les mouvements de masse dans son atelier. Il fréquenta 5 à 6 cours de l’école du Parti mais « comme je restais le seul, je fus obligé de cesser ».

Il fut candidat au conseil d’arrondissement en octobre 1937, dans le canton de Boves (arrondissement d’Amiens). Avec 815 voix sur 2509 votants au premier tour, il arrivait en deuxième position, devant le candidat socialiste Lapostolle (596 suffrages), qui se désista pour lui au second tour. Bénéficiant d’un report massif des voix de la SFIO, il remporta le siège face au conseiller sortant et maire du chef-lieu, Pollet, par 1296 voix contre 1192. Après la signature du pacte germano-soviétique et la dissolution du Parti communiste, Raoul Foulon démissionna de son mandat de conseiller d’arrondissement en novembre 1939, en raison du soutien du Parti communiste à l’Union soviétique.

Après la Seconde Guerre mondiale, Raoul Foulon adhéra à la SFIO. Maire de Long dans les années cinquante, il fut aussi secrétaire de la section socialiste locale à partir de 1954.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147604, notice FOULON Raoul par Julien Cahon, René Lemarquis, version mise en ligne le 2 juillet 2013, dernière modification le 2 juillet 2013.

Par Julien Cahon, René Lemarquis

SOURCES : Arch. Dép. Somme, Z 691 (Le Travailleur de Somme et Oise 16-22 janvier 1937), 3M792, 795, 1753. RGASPI, 495 270 3049 (autobiographie du 8 mai 1937, noté A). — Arch. OURS. — Arch. Dép. Somme. — Le progrès de la Somme, octobre 1937.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément