FERRER Laurent

Par Jean-Marie Guillon

Né le 17 novembre 1919 à Avignon (Vaucluse) ou à Sòller (Île de Majorque, Baléares, Espagne), tué le 17 novembre 1943 à Camarade (Ariège) ; Jeunesses communistes ; maquisard Francs-tireurs et partisans (FTP).

Fils de Barthélémi Ferrer (né à Alaro, province des Baléares, Espagne), cordonnier, et d’Anna Ramo, Laurent Ferrer était célibataire. Militant des Jeunesses communistes clandestines à Avignon, il fut arrêté pour distribution de tracts et condamné à huit mois de prison en septembre 1942. À sa sortie de prison, il rejoignit le maquis FTP à Camarade, en Ariège. Ce maquis fut attaqué par les Allemands le 17 novembre 1943 faisant six morts parmi les maquisards. Son nom ne figure pas parmi eux, mais il y aurait eu un septième maquisard tué, non identifié, qui pourrait être Laurent Ferrer. Ces maquisards FTPF furent surpris par les troupes d’occupation à la ferme de Ponce où ils furent fusillés. Leurs corps furent brulés sur place avant d’être enterrés au cimetière de Camarade (Voir : Sigler Moïse).

Son frère Mathieu, qui avait été arrêté lui aussi pour distribution de tracts communistes, sans doute en même temps que lui, fut tué dans un autre maquis en Ardèche, le 4 août 1943. Il obtint la mention « Mort pour la France ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180690, notice FERRER Laurent par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 12 mai 2016, dernière modification le 19 juillet 2019.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Site Internet Mémoire des Hommes.— Claude Delpla, Il y a 50 ans… La fin tragique du Maquis de Camarade, Ariège, sl, 1993.— André Simon, « Les saints communistes », Communisme n°51-52, 1997).— État civil. — Note d’André Balent.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément