CHASTEL Antoine

Né le 6 février 1840 à Saint-Étienne (Loire) ; passementier ; adhérent de l’AIT ; participant à la Commune de Saint-Étienne.

Il était célibataire. En 1869, il signa l’appel pour fonder L’Éclaireur, journal de l’opposition républicaine. Puis, après la proclamation de la République, il ne cessa « de parcourir les réunions publiques où il excitait les ouvriers contre leurs patrons ». Chastel fonda, avec Durbize, le journal La Commune (sous-titre : la Défense nationale) « autographié » (décembre 1870 à mars 1871 : 37 numéros). Le journal était particulièrement violent contre Gambetta « le despote », « le dictateur », « l’avocat sans cause » ; il attaquait les bourgeois de l’Alliance républicaine qui voulaient bien d’un régime analogue à celui de la Suisse, mais non de la Commune révolutionnaire telle que la préconisaient les internationalistes.

Chastel était affilié à l’Internationale. Il assuma un temps les fonctions de secrétaire du Comité de la rue de la Vierge dont il fut l’âme avec Durbize. Il fut un des chefs de l’insurrection de mars 1871, et la cour d’assises du Puy-de-Dôme le condamna le 5 décembre 1871 à la déportation dans une enceinte fortifiée. Il n’avait encouru auparavant aucune condamnation. Voir Benoît Thibaudier.
Chastel n’eut pas une attitude particulièrement courageuse au procès de Riom. Il reste pourtant une des figures les plus marquantes du mouvement communaliste stéphanois. Il fut tout d’abord détenu à Thouars. Le 28 février 1878, le directeur de la prison écrivait à son sujet : Chastel « redeviendra rebelle dès que les circonstances le lui permettront. »
Transféré à Belle-Île le 17 mai 1878, il vit sa peine commuée, le 24 juillet 1879, en dix ans de bannissement. Libéré, il signa, le 14 juillet 1880, une adresse aux travailleurs, les remerciant de leurs manifestations électorales et les appelant à lutter pour la Commune et la Révolution sociale. Il avait vécu un temps à Genève, travaillant dans la fabrique de caractères en bois des frères Charles et Victor Bonnet — voir ces noms.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article213250, notice CHASTEL Antoine, version mise en ligne le 11 mars 2019, dernière modification le 11 mars 2019.

ŒUVRE : Chastel signa, avec d’autres communards exilés, la brochure Les Proscrits français et leurs calomniateurs..., Genève, Impr. A. Alavoine, 1880, 38 pp.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/822, n° 4508 et BB 27. — L. Descaves, Philémon..., op. cit., p. 302.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément