ASSELINE Jean, Gabriel, Henri ou Henry

Né le 31 juillet 1810 à Sainte-Mère-Eglise (Manche) ; facteur de pianos, puis ébéniste ; républicain ; participant aux barricades de Juin 1848 ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Asseline demeurait depuis cinq ans cité Napoléon à Belleville (alors banlieue de Paris). Membre du Club des Montagnards de Belleville, il fut envoyé en avril 1848 par le Club des clubs à Valognes (Manche), pour y faire de la propagande révolutionnaire. De retour chez lui en mai, il manifesta dans Paris pour la Pologne. Aux Ateliers nationaux, il souscrivit au Banquet du Peuple et, le 23 juin, travailla à la barricade de la rue Saint-Maur, puis s’enfuit chez ses parents à Romainville (Seine). Arrêté, il reconnaîtra : « Je suis pour la République démocratique et sociale, je ne crois pas qu’une République soit possible sans cela, mais je ne suis pas pour les coups de fusil. » Trouvé en possession d’une liste de souscription pour Cabet, il fut transporté et gracié en septembre 1849. Voir P. Bouvet, M. Leinen.

Il fut condamné en 1863 à six jours de prison pour ouverture de débit de boissons sans autorisation. Durant le 1er Siège de Paris (1870), il fut ouvrier du génie auxiliaire ; lors de l’insurrection de mars 1871, il entra au 158e bataillon de la Garde nationale et, huit jours après, fut incorporé à la 2e compagnie de marche du 261e bataillon. Il prétendit ne pas avoir suivi ce bataillon à Neuilly, le 18 avril, et, le 2 mai, être resté garder les vivres à Vanves au lieu d’aller à Issy. Il rentra à Paris et fut arrêté le 23, rue Ramey (XVIIIe arr.) ; il affirma avoir été blessé à la tête après son arrestation. Il était délégué par la compagnie pour surveiller les comptes du sergent-major. Le 16e conseil de guerre le condamna, le 2 avril 1872, à la déportation simple, et il fut débarqué à Nouméa le 4 mai 1873. Sa peine fut commuée, le 31 octobre 1876, en cinq ans de détention.
Il habita au 4 rue Letort (XVIIIe arrond.), était marié et père de deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24468, notice ASSELINE Jean, Gabriel, Henri ou Henry, version mise en ligne le 9 février 2009, dernière modification le 20 septembre 2018.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, A 9190. — Arch. Nat. BB 24/748. — Lucas, Les Clubs et les clubistes., Paris, Dentu, 1851. — Note de M. Cordillot. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément