BARDEAU

Par Élie Fruit

Cheminot en région parisienne ; membre du syndicat national des chemins de fer.

Surveillant au chemin de fer de Ceinture, administrateur du Syndicat national des chemins de fer au moment de la tentative de grève d’octobre 1898, Bardeau se prononça contre celle-ci.

Élu secrétaire général de ce syndicat (fonction qu’il occupera jusqu’en 1906) au congrès extraordinaire de janvier 1899, il apparut comme le principal représentant de la tactique modérantiste que le syndicat, affaibli par l’échec de la grève, adopta vis à vis des compagnies. C’est lui qui, le 6 mars 1899, signa la fameuse lettre aux compagnies : « Le congrès, rompant avec le passé, nous a donné un mandat tout d’apaisement et de conciliation »... (Tribune de la Voie ferrée, op. cit.).

Au cours de l’année 1899, à maintes reprises, il relança les pouvoirs publics en vue de faire aboutir la proposition Berteaux (relative à l’amélioration des conditions de travail et du régime des retraites des cheminots), votée par la Chambre en 1897 et qui ne fut adoptée par le Sénat qu’en 1909.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article488, notice BARDEAU par Élie Fruit, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 25 mai 2021.

Par Élie Fruit

SOURCE : Tribune de la Voie ferrée, notamment : 16 février 1900.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément