BORDE Jean, Frédéric

Né le 5 janvier 1837 à Nîmes (Gard) ; peintre en bâtiment à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; membre de l’AIT ; participant à la Commune de Marseille.

Sa femme, couturière, habitait Nîmes. Jean Borde était membre de la section de Marseille de l’Association Internationale des Travailleurs et fut délégué avec Arier, en février et mars 1870, de la corporation des peintres. Poursuivi, en mai 1870, en raison de cette appartenance, il bénéficia, le 15 septembre suivant, d’une ordonnance de non-lieu. Il fut également amnistié en septembre d’une peine de huit mois de prison encourue le 28 août 1870 à Marseille pour provocation à un attroupement nocturne. Il habitait alors, 1, rue Chateaubriand, à Endoume.

Brigadier dans une compagnie d’artillerie de la garde nationale de Marseille durant la guerre contre la Prusse, Jean Borde participa également à l’action révolutionnaire. Le 8 août 1870, il prit part à l’occupation de l’Hôtel de Ville et à l’organisation d’une éphémère Commune révolutionnaire ayant à sa tête Crémieux Gaston.

Le 23 mars 1871, quand le mouvement insurrectionnel éclata, Jean Borde se rangea aussitôt du côté des insurgés et prit part à l’envahissement de la préfecture. Le 3 avril, à la tête d’une douzaine d’hommes, il passa la nuit à la gare. C’est là qu’il fut arrêté le 4. Il fut condamné, le 25 juillet 1871, à dix ans de détention. Interné à Thouars, en 1877 (Deux-Sèvres), il ne se plaisait, selon un rapport de police, « que dans le trouble et le désordre ». Il bénéficia de la remise du reste de sa peine le 15 janvier 1879. Voir J.-B. Aillaud et Vasseur J.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article53418, notice BORDE Jean, Frédéric, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 11 décembre 2018.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/730. — Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, M 6/3386. — Testut, Arch. PPo., B a/435 et B a/439.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément