GODEFROY Eugène, Benoît

Né le 22 mai 1853 au Chesnay (Seine-et-Oise) ; demeurant à Paris ; cordonnier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Pendant le Siège, il appartint à la garde sédentaire au 134e bataillon de la Garde nationale ; il passa dans une compagnie de marche du 101e bataillon fédéré lors de l’avènement de la Commune de Paris. Il fut envoyé à Neuilly, au début d’avril 1871, et y resta cinq jours ; du 20 avril au 21 mai, il était à Arcueil ; du 22 au 25 mai, il défendit la mairie du XIIIe arr., puis, le 26 mai, la mairie du XIe arr. Il défendit ensuite la barricade du faubourg du Temple et fut arrêté, le 28 mai, à Belleville.
Le 11e conseil de guerre le condamna, le 9 décembre 1871, à la déportation simple ; embarqué en mai 1872 à bord de la Danaë, il arriva à Nouméa le 25 septembre. Le 25 mai 1877, sa peine fut commuée en sept ans de détention ; le 9 septembre 1878, il obtint la remise du reste de sa peine et rentra, peu après, par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article60582, notice GODEFROY Eugène, Benoît, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juillet 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/732 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément