ZIMMERMANN Berta

Par Peter Huber

Née le 27 septembre 1902 à Zurich, exécutée le 2 décembre 1937 à Moscou ; émigrée en URSS en 1923, employée de la Section d’information (1924-1927), puis de la section d’organisation (1930-1931) ; chef du Département du courrier de l’OMS à Moscou (1931-1937).

Berta Zimmerman
Berta Zimmerman

Née dans une famille de cinq enfants, fille d’un employé communal, elle fréquenta les écoles à Zurich et obtint, en 1921, le diplôme de l’école de commerce. Ayant travaillé pendant trois ans en tant que secrétaire dans un cabinet d’avocat, elle joignit, en mars 1924, une centaine de travailleurs suisses, proches du PC, qui émigrèrent avec leurs familles en URSS, afin d’y fonder une coopérative agricole. Cette commune au nom de « Solidarité », située près de Nova Lava (Gouvernement Uljanovsk) connut, dès son début, de grandes difficultés ; cela détermina plusieurs de ses membres soit à rentrer en Suisse soit à s’installer à Moscou. Berta travailla à la commune « Solidarité » comme comptable et institutrice ; très vite elle devint la compagne de Fritz Platten, spiritus rector de la commune, habitant Moscou et défenseur efficace, grâce à sa renommée, des intérêts des « communards » dans les ministères soviétiques.
Deux mois déjà après son arrivée à « Solidarité », Berta la quitta, s’établit à Moscou et fut engagée, en mai 1924, comme statisticienne à la section d’information du Komintern. Sans-parti en Suisse et en Russie, elle fit une demande d’adhésion au VKP (b), mais — fait surprenant — le carnet lui fut refusé en été 1924. Quoique collaboratrice du Komintern et même de son appareil clandestin jusqu’en 1937, elle restera sans-parti jusqu’à sa fin tragique dans la Grande Terreur.

Après la dissolution de la Section d’information (1928), Berta intégra le bureau pour l’information au sein de la Section d’organisation. En tant que secrétaire, elle se consacra à un travail particulièrement confidentiel et se vit obligée, lors de son engagement en janvier 1929, à signer la déclaration suivante : « Je suis consciente que la Commission politique interdit impérativement de toucher dans la correspondance privée des sujets politiques et du parti. » Grâce à de multiples recommandations de cadres du Komintern et après un examen secret de l’OGPU, elle devint, en automne 1931, collaboratrice de l’OMS, travaillant directement sous les ordres de J. L. Abramov. Après un stage de deux ans et munie de recommandations positives, elle fut nommée déléguée de l’OMS et effectua plusieurs missions, entre autres à Prague et à Paris. Devenue responsable, en 1935, du Département du courrier de l’OMS à Moscou, elle fut, à partir de mars 1937, la cible de plusieurs dénonciations de la part de ses subordonnés et l’objet d’une enquête de la Commission de contrôle internationale présidée par J. Anvelt. Sa situation se compliqua davantage après la destitution de son chef J. L. Abramov et de son arrestation au printemps 1937. Arrêtée elle-même le 4 juin 1937, elle passa aux aveux au sixième jour de son calvaire, confessant avoir été recrutée par Abramov, en 1935, pour faire partie d’une organisation criminelle et trotskyste. Devant le Collège militaire de la Cour suprême de l’URSS, le 2 décembre 1937, elle revint sur ses aveux mais fut condamnée à la peine capitale et exécutée la même nuit.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76114, notice ZIMMERMANN Berta par Peter Huber, version mise en ligne le 29 janvier 2010, dernière modification le 5 octobre 2010.

Par Peter Huber

Berta Zimmerman
Berta Zimmerman

SOURCES : RGASPI, Dossier personnel, 495274-63. — Dossier de réhabilitation (1956) du KGB. — U. Rauber, Fritz Platten, Vorwärts (Basel) 14juillet 1983. — P. Huber, Berta Zimmermann, Eine Schweizer Kommunistin im Geheimapparat der Komintern, Jahrbuch für Historische Kommunismusforschung, Vol. 1 (1993), p. 261-275. — P. Huber, Stalins Schatten in die Schweiz. Schweizer Kommunisten in Moskau : Verteidiger und Gefangene der Komintern, Zurich, Chronos Verlag, 1994, p. 267-274.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément