DELUCHEUX Alice

Par Madeleine Guilbert, notice revue et complétée par Coralie Douat

Syndicaliste CGT de l’habillement et militante libertaire d’Amiens (Somme).

Déléguée au XVe congrès national corporatif — 9e de la CGT — et à la conférence des Bourses du Travail tenus à Amiens du 8 au 16 octobre 1906, Alice Delucheux fut assesseur à l’une des séances du 11 octobre (après-midi). Elle y représentait les ouvrières de l’habillement d’Amiens. Elle assista également au XVIIIe congrès, Le Havre, en septembre 1912, comme représentante des ouvrières de l’habillement d’Amiens et de Limoges. Elle fit partie de la présidence de séance du 19 septembre 1912, au cours de laquelle elle fit voter une motion de soutien à l’Avenir social de Madeleine Vernet.

Auparavant, Alice Delucheux avait représenté, les coupeurs et tailleurs d’Amiens et les ouvrières de l’habillement d’Amiens au septième congrès de la fédération de l’Habillement (Avignon 15-18 août 1908) ainsi qu’au huitième (Paris, 14 août 1910). Au septième congrès de l’Habillement, elle vota contre la proposition des syndicats de Toulouse demandant une diminution de la cotisation des femmes. Elle vota d’autre part pour la cotisation supplémentaire destinée à alimenter la propagande. Elle se déclara favorable à la création d’une caisse fédérale de grève. Au cours d’une réunion publique organisée pendant le congrès, elle apporta « du Nord aux ouvrières du Midi le salut fraternel de leurs sœurs de misère, de lutte et de travail ». Elle décrivit quelques grèves « où les femmes ont fait avec habileté, énergie, entrain, de l’action directe et de la propagande. Ce que les ouvrières d’Amiens ont fait, d’autres peuvent le faire. Et ainsi on arrivera au but visé : l’émancipation complète de la femme ». Elle contribua à La Bataille syndicaliste, notamment le 1er décembre 1911, par un article intitulé « L’émancipation des femmes » et en 1913 sur le travail à domicile des femmes dans la région d’Amiens.

C’est très vraisemblablement la même Alice Delucheux qui participa aux activités des groupes libertaires d’Amiens dès 1906. Le 5 février 1907, elle fut assesseur lors d’une conférence publique présidée par Georges Bastien, et ayant pour orateur Sébastien Faure, et se déroulant au Kursaal d’Amiens. Tous les anarchistes de la ville s’y trouvaient, d’après les rapports de police. Le 16 janvier 1908, elle tint le bureau d’une conférence publique se déroulant au théâtre du Petit Poucet, en compagnie de Camille et Emilien Tarlier sur le thème « Du droit de punir et de la peine de mort ». Le 20 juin 1909, elle fut assesseur d’une conférence publique présidée par Ségard et conviant Sébastien Faure, sur le thème « l’inévitable révolution et la société future » qui se déroula à l’Alhambra.

En 1911, elle était la compagne d’Albert Andrieux, gérant de Germinal. Cette même année, elle prit part aux mobilisations de l’automne autour de la cherté des vivres. Ainsi, elle fut active lors de la manifestation du 2 septembre dans les marchés d’Amiens qui réunit plus de deux cent femmes. Le 7 septembre 1911, elle distribua des prospectus au marché Parmentier pour convier les ménagères à une réunion le lendemain. Elles se constituèrent bientôt en Ligue des femmes contre la vie chère, sous la présidence d’Alice Delucheux. En octobre 1911, elles tinrent plusieurs réunions, regroupant une cinquantaine de femmes.

Le nom d’Alice Delucheux d’Abbeville (Somme), apparaît parmi les les soutiens financiers au journal La Vague en 1925. Elle se confond peut-être également avec Alice Delucheux, animatrice de la Fédération départementale de la Libre Pensée et du groupe local « de la Barre », à la fin des années 1930 à Abbeville.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article79899, notice DELUCHEUX Alice par Madeleine Guilbert, notice revue et complétée par Coralie Douat, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 12 septembre 2020.

Par Madeleine Guilbert, notice revue et complétée par Coralie Douat

SOURCES : Arch. Dép. Somme AM80 2i17/2 : Rassemblement, attroupement, cortège, manifestation, cérémonie. Contrôle, organisation, rapport de police. 1900-1918. Compte rendu du 7 septembre 1911 et compte rendu du 6 octobre 1911 ; AD80 242PER2 : Germinal, n° 241, 8 septembre 1911 ; AM80 2i16/1 : Rassemblements, réunions, affaires rendues publiques 1814-1910. — Le Libertaire, 11 février 1906. — La Bataille syndicaliste, 1911-1913. — La Vague, 4 juillet 1925. — Le Progrès de la Somme (1937-1938). — Madeleine Guilbert, Les Femmes et l’organisation syndicale avant 1914 : présentation et commentaires de documents pour une étude du syndicalisme féminin, Paris, Editions du CNRS, 1966. — Coralie Douat « Les illégalismes du logement à Amiens et dans son arrondissement au début du XXe siècle », Mémoire de Master sous la direction de Manon Pignot, Université de Picardie Jules Verne, 2020.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément