RAUZIER Marius

Par Gilles Pichavant

Né en 1855 à Alès (Gard) ; Ouvrier verrier ; militant syndicaliste verrier ; Militant socialiste du Tarn ; adjoint au maire de Carmaux (Tarn).

Né en 1855 à Alès (Gard), fils de verrier, il arriva à Carmaux en 1886. Demeurant à Carmaux, Marius Rauzier figura, en 1890 à Lyon, parmi les fondateurs de la première organisation nationale des ouvriers verriers. Voir Alphonse Bigex.

En octobre de l’année suivante il devint le secrétaire général de la commission d’initiative de la grève générale des verriers. A la suite d’une grève des verriers de Lyon qui durait depuis janvier 1891, la fédération du verre envoya un cahier de revendications à tous les patrons de verreries, leur donnant jusqu’au 6 octobre pour y faire droit. Après le rejet de l’ultimatum par les patrons, la grève générale des ouvriers du verre commençait. Avec Maximilien Charpentier, un autre dirigeant du syndicat des verriers de Carmaux, il dirigea la grève nationale à partir de Carmaux, où elle dura 52 jours.

Lors du congrès tenu en 1892 à Marseille, il figura parmi les délégués avec comme seule mention celle d’adjoint au maire d’une ville non précisée. Mais sa signature ans plusieurs ordres du jour votés par le conseil municipal de Carmaux ne laisse aucun doute sur la ville dont il était l’élu.

En 1895, il fut l’un des dirigeants du syndicat des verriers de Carmaux pendant la grève de la verrerie Ste Clothilde.

En 1891 il habitait rue Sainte-Barbe à Carmaux.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article84785, notice RAUZIER Marius par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 10 mars 2018, dernière modification le 17 avril 2021.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : Compte rendu de congrès. — La Défense des travailleurs, organe socialiste de Saint-Quentin et de l’Aisne, puis organe socialiste de la région de Fourmies et de l’Aisne, 3 octobre 1891, 10 octobre 1891, 17 octobre 1891, 27 août 1892, 3 septembre 1892, 17 septembre 1892 . — Le Mouvement social, 1971-07, les verriers de Carmaux par Joan W. SCOTT (1886-1895) — Notes de Louis Botella.

Version imprimable Signaler un complément