COSTEL Henri

Par Jean Maitron et Claude Pennetier

Né le 23 mai 1881 à Châlons-sur-Marne (Marne) ; employé de mairie à Saint-Denis (Seine) ; secrétaire de la Fédération nationale (CGTU) des Employés et ouvriers des services publics des départements villes et communes en 1922 ; militant communiste, exclu en 1923.

Employé de mairie à Ivry-sur-Seine (Seine), Henri Costel fut mobilisé en 1914 à Rennes puis versé au service auxiliaire comme planton au Ministère de la guerre. Il servit à partir de la fin de l’année 1916 comme commis expéditionnaire au bureau militaire de la mairie de Saint-Denis, avant d’être démobilisé en février 1919 avec le grade de sergent. Costel quitta son domicile de Pierrefitte pour s’installer 12, rue Arthur-Fontaine à Saint-Denis où il travailla pendant deux ans à la mairie. La police le qualifiait d’employé « sérieux, consciencieux » (Arch. Nat. F7/13836, décembre 1922). Il était marié et père de trois enfants.

La section communiste locale le délégua avec neuf autres militants dionysiens au conseil fédéral communiste de la Seine en février 1921. Lors de la scission syndicale de décembre 1921, Costel, dirigeant du syndicat des communaux de sa ville, accéda au secrétariat provisoire de la Fédération CGTU des services publics et obtint un congé pour être permanent syndical (rémunéré 1 000 F). À la fin de l’année 1922, sa Fédération groupait environ vingt mille adhérents, dont douze mille cinq cents à Paris et cinq mille dans le reste de la Seine. Elle publiait un journal mensuel : L’Émancipation. Le Bureau national comprenait outre Costel secrétaire administratif : H. Oudin secrétaire à la propagande (Saint-Denis), Danes secrétaire adjoint, Léon Plaisance trésorier (Les Lilas), Peyron trésorier adjoint (Bagnolet), Martin archiviste (Clichy).

Henri Costel quitta la CGTU pour créer un syndicat autonome avec Michel Verrier, en 1923. Le Parti communiste l’exclut en août 1923 pour avoir - selon Henri Raynaud - attaqué le PC et sa commission syndicale au conseil national de sa Fédération et lors du Comité confédéral national. Un Costel, de la Seine (vraisemblablement le même) fut rapporteur de la commission des mandats au XVe congrès de la Fédération CGT du personnel des services publics, réuni à Toulouse en septembre 1927.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article106952, notice COSTEL Henri par Jean Maitron et Claude Pennetier, version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 30 décembre 2021.

Par Jean Maitron et Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Nat. F7/13090, F7/13836, décembre 1922. — L’Émancipation (Saint-Denis), 1921-1924. — Le Peuple, 9-11 septembre 1927. — Jean-Paul Brunet, thèse, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément