MINOT Arthur

Par Georges Clause

Né le 17 mars 1883 à Saint-Rimay (Loir-et-Cher) ; ouvrier ravaleur ; secrétaire du syndicat CGT du Bâtiment de Reims (Marne) de 1929 à 1936 ; président de l’Union départementale réunifiée en 1936.

Fils d’un carrier, Arthur Minot, après avoir travaillé comme tailleur de pierre à Paris depuis 1900 remplaça Delpech, en septembre 1912, au secrétariat de l’union des syndicats de la Seine dont Savoie était secrétaire général. En janvier 1913, Minot fut réélu ; Bled remplaça Savoie. — voir Gaubiez*.

Mobilisé en 1914 au 4e bataillon de chasseurs à pied, Minot fut placé, au début de 1916, en sursis d’appel et détaché à l’usine Voisin à Issy-les-Moulineaux.

Il vint à Reims en 1919 à l’occasion de la reconstruction de la ville. Il y travailla comme ravaleur et ouvrit un café. En 1925, il avait constitué le syndicat confédéré du Bâtiment de Reims et en restait une personnalité dominante vers 1930. Il avait été exclu de la SFIO sans qu’on en connaisse les raisons.

En 1935, il défendait dans les assemblées syndicales une position d’hostilité à tout rapprochement avec le Parti communiste et intervint le 6 juillet dans ce sens au XXe congrès des syndicats ouvriers de la Marne. Cette année-là, il fut délégué au congrès national de la CGT. Arthur Minot resta secrétaire du syndicat CGT du Bâtiment de Reims de 1929 à 1936, faisant passer les effectifs de celui-ci de 75 à 100 membres, chiffre d’autant plus remarquable que les ouvriers du bâtiment de Reims étaient depuis 1921 attirés bien davantage par le syndicat unitaire. Il devint le 22 décembre 1935, secrétaire général, avec Pichon comme secrétaire adjoint, du syndicat unifié du Bâtiment. Il fut ensuite élu président de la nouvelle Union départementale. La réunification de la CGT paraît avoir amené la prépondérance des anciens unitaires et Minot, en 1936, quitta Reims pour Paris. Il fut Membre du Conseil national économique en 1936, démissionna presque aussitôt et fut, remplacé le 25 septembre. Il représentait la Fédération nationale des travailleurs du bâtiment.

Est-ce Arthur Minot qui, en septembre 1936, lors du congrès d’unité de la Fédération du Bâtiment, fut élu membre du bureau fédéral ? (Voir René Arrachard*). Il aurait été un des signataires de la motion Delmas. Minot fut résistant.

Il s’était marié en 1906 à Paris (XVIIe arr.).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article122425, notice MINOT Arthur par Georges Clause, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Georges Clause

SOURCES : Arch. Nat. F7/ 13 053 et F7 13 617, rapport du 19 février 1916. — La CGT, op. cit., p. 580. — J. Fallet, Le Front populaire à Reims, op. cit. — D. Pierre, La CGT à Reims de 1918 à 1936, op. cit.Résistance !, novembre 1973. — Notes de Jean-Luc Pinol. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément