VASSEUR François, Désiré

Par Michel Thébault

Né le 18 janvier 1910 à Annezin-lès-Béthune (Pas-de-Calais), mort en action le 11 juin 1944 à Bourlon (Pas-de-Calais) ; soudeur ; militant socialiste SFIO ; résistant FTPF.

François Vasseur était le fils de Louis, Désiré, Joseph Vasseur, journalier et d’Esther, Marie Joseph Luliez. Exerçant la profession de soudeur, il était secrétaire de la section socialiste SFIO locale à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Il rejoignit la Résistance au sein des Francs-tireurs et partisans français (FTPF). Il intégra le 1er mai 1944 le groupe FTPF du secteur Annezin-les-Béthune où il reçut le grade de sergent. Le 8 juin 1944, 350 hommes appartenant à des compagnies FTPF composées de résistants du bassin minier du Pas-de-Calais se mirent en marche sur ordre du commandement FFI afin de rejoindre un maquis en cours de création dans les Ardennes. Les Allemands repèrent rapidement cette vaste opération et menèrent dès le 9 juin des actions répressives dispersant les groupes et procédant à de multiples arrestations. Le plus meurtrier des accrochages se produisit trois jours après le départ, dans le bois de Bourlon situé à 6 kms à l’ouest de Cambrai. Le 11 juin, s’y étaient regroupés pour une halte provisoire pour la nuit les survivants de la 5e compagnie, une partie des effectifs de la 6e compagnie et la section d’Annezin-les-Béthune à laquelle appartenait François Vasseur. Encerclé par les troupes allemandes, le capitaine Alfred Coussette d’Annezin, chef du détachement, tenta d’organiser la riposte. Faute de munitions, le combat cessa rapidement et les maquisards tentèrent de s’échapper. Dix résistants furent tués dans l’action dont 4 du groupe d’Annezin, Édouard Leroy, Robert Crammer, François Vasseur et Paul Vasseur. Cinq autres membres du groupe furent faits prisonniers et fusillés le 18 juin 1944 à Arras, Albert Charles, Fernand Grossemy, René Jamsin, Maurice Leroy et Louis Marquant. Enfin un dernier membre du groupe d’Annezin, fait prisonnier, Désiré Hannedouche, fut déporté par le convoi du 1er septembre 1944 au départ de Tourcoing et mourut le 28 février 1945 à Bergen-Belsen (Allemagne). Vingt-deux soldats allemands furent également tués. L’acte de décès de François Vasseur ne fut établi en mairie de Bourlon que le 23 décembre 1944 après exhumation, car les Allemands avaient le 11 juin, exigés un enterrement immédiat réquisitionnant des jeunes du village de Bourlon pour transporter les morts, et son corps fut alors transféré au cimetière d’Annezin.

Il obtint la mention « Mort pour la France » par avis du 27 juillet 1945 et fut homologué Forces françaises de l’intérieur (FFI). Son nom figure sur le monument commémoratif de la Résistance, à Bourlon et le monument aux morts d’Annezin ainsi que sur le monument commémoratif aux FTP dans le cimetière communal, à Hersin-Coupigny (Pas-de-Calais). Une rue d’Annezin reçut les noms de Paul et François Vasseur.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article133816, notice VASSEUR François, Désiré par Michel Thébault, version mise en ligne le 21 février 2022, dernière modification le 22 février 2022.

Par Michel Thébault

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 16 P 586668 et SHD, Caen, AVCC, AC 21 P 165940 (nc) — Mémoire des Hommes, dossiers d’homologation des formations FFI, groupe FTPF secteur d’Annezin-les-Béthune GR 19 P 62/2 (pages 96 et 97) — Notes d’Yves Le Maner. — Rens. Secrétariat d’État des AC et victimes de guerre. — Mémorial Genweb. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément