NAVARRE Robert, Antoine

Par Vincent Flauraud, Jacques Girault

Né le 29 décembre 1913 à Saint-Victor (Cantal), mort le 17 janvier 2001 à Aurillac (Cantal) ; instituteur puis PEGC dans le Cantal ; militant syndicaliste ; militant communiste, conseiller municipal d’Aurillac.

Fils de Firmin Navarre, ouvrier agricole né à Saint-Santin-Cantalès (Cantal), et de Rose Lestrade, servante de maison née à Omps (Cantal), Robert Navarre, instituteur, se maria en juillet 1936 à Albepierre (Cantal), avec une institutrice, militante communiste (voir Jeanne Navarre), fille d’un retraité des chemins de fer. Ils eurent deux fils.
Instituteur à Pléaux, puis professeur d’enseignement général des collèges à Aurillac, Robert Navarre fut élu au conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs au début des années 1950.
Membre des jeunesses communistes en 1936, il adhéra au Parti communiste l’année suivante. Résistant FTPF, il représenta les communistes au Comité départemental de Libération, tout particulièrement chargé des commissions de l’épuration et de la confiscation des produits illicites. Au titre du CDL, il présenta en 1945 un rapport aux Etats généraux de la Renaissance française, sur la question de l’agriculture dans le Cantal.

Membre en avril 1945 de comité de la fédération du Parti communiste français, il devint membre du secrétariat, chargé de la propagande, de la fédération du PCF le 7 avril 1946. Il le resta jusqu’en 1959 tout en étant responsable de la section communiste de Pléaux. Candidat aux élections cantonales en 1945, il participa activement à la fabrication et à la rédaction de l’hebdomadaire communiste, Le Cantal ouvrier et paysan. Il conduisait une liste communiste aux élections municipales de Pléaux en 1947 qui obtint 47 % des voix.

En 1953, il était, aux côtés de Lucien Goutel (remplacé par Louis Tauranten 1955) et de Jean Jaulhac, l’un des trois membres du secrétariat fédéral du PCF. Il le demeura jusqu’en 1960 (remplacé par Nicole Chenebour). La direction du PCF envisagea qu’il devienne permanent en 1953, mais il refusa cette perspective. En 1959, réélu au bureau fédéral, responsable de l’éducation à partir de 1962, il suivit l’école d’un mois du PCF en 1961. En 1977, il devint responsable du travail à la campagne, tout en étant le secrétaire de sa cellule à Aurillac. Auteur d’articles sur les sujets les plus divers pour Le Cantal ouvrier et paysan, apprécié pour ses grandes qualités d’orateur, il animait de nombreuses réunions publiques, parfois contradictoires, dans les communes du Cantal, abordant notamment la position du parti sur les questions agricoles.

Dès 1945, Robert Navarre porta régulièrement les couleurs communistes aux diverses élections, sans jamais être élu, sauf aux élections municipales. En poste à Pléaux, où « il organisait de grandes fêtes du parti », il y fut candidat aux élections cantonales en 1945 (32,8 % des voix au premier tour, il se désista pour le candidat SFIO, Pierre Parra, au second tour), et en 1951. Candidat en 1958 dans le canton de Saignes où il ne résidait pas, il obtint 612 voix sur 5 508 inscrits. Puis il se présenta régulièrement à Aurillac (canton Nord puis IV) : en 1964, 1970, et 1976 (20,39 % des voix au premier tour). Parallèlement, il figura à quatre reprises sur la liste communiste aux élections à l’Assemblée nationale constituante puis aux élections législatives : en octobre 1945 (à la troisième place, la liste remportant 18,75 % des voix, en troisième position derrière les Paysans et la SFIO, et obtenant un élu, Clément Lavergne) ; en juin 1946 (toujours à la troisième place, la liste rassemblant 21,3 % des suffrages, et Lavergne étant reconduit) ; en novembre 1946 (encore à la troisième place : 24,9 %, deuxième position, devant la SFIO) ; enfin, en juin 1951 (deuxième position, 16,95 % des voix, mais aucun élu). En 1955, il fut candidat au conseil de la République, ne rassemblant que douze voix, et en 1962, suppléant de Michel Leymarie, candidat aux élections sénatoriales.

Élu conseiller municipal d’opposition d’Aurillac, le 4 mai 1953, Robert Navarre fut membre des commissions des affaires économiques, de la circulation, du stationnement, des foires et marchés, du ravitaillement, de l’instruction publique, des internats municipaux, du contentieux général. Réélu le 27 mars 1965 sur la liste Leymarie (municipalité menée par le socialiste Jacques Meyniel), il fut membre des commissions de l’administration générale, des sports et de la jeunesse, de l’instruction publique et des œuvres culturelles, de la commission paritaire municipale. Il ne siégea pas au conseil municipal dans le mandat 1971-1977, municipalité conduite par le CNIP Jean Mézard). Réélu conseiller municipal, le 19 mars 1977, dans la municipalité du socialiste René Souchon, il était vice-président de la commission des finances, membre des commissions du cadre de vie et des travaux, de l’administration générale, de l’éducation, des affaires économiques, des sports. En outre, il était délégué de la ville du comité du Syndicat intercommunal à vocation multiple de la région d’Aurillac.

Ses fils militaient dans le PCF : Robert Navarre en Isère et Jean, membre du PCF depuis 1973, secrétaire à l’organisation de la section d’Aurillac en 1975, membre du bureau fédéral, puis en 1978 du secrétariat fédéral, responsable de l’organisation et de 1981 à 1990, trésorier fédéral. Il fut élu conseiller municipal d’Arpajon-sur-Cère en 1977. 


Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article149385, notice NAVARRE Robert, Antoine par Vincent Flauraud, Jacques Girault, version mise en ligne le 10 octobre 2013, dernière modification le 16 avril 2021.

Par Vincent Flauraud, Jacques Girault

SOURCES : Arch. mun. Aurillac (F. Mouilleseaux). — Etat civil de Saint-Victor. – Archives du comité national du PCF. — Le Cantal ouvrier et paysan, 14 octobre 1944, 10 mars 1945, 7 avril 1945, 31 avril 1945, 11 août 1945, 17 septembre 1948, 29 septembre 1945, 3 octobre 1945, 20 octobre 1945, 8 novembre 1945, 12 janvier 1946, 18 janvier 1946, 30 mars 1946, 13 avril 1946, 27 avril 1946, 4 mai 1946, 18 mai 1946, 20 juillet 1946, 27 juillet 1946, 31 août 1946, 18 avril 1947, 22 août 1947, 25 septembre 1947, 2 octobre 1947, 27 novembre 1947, 5 juin 1948, 7 août 1948, 23 octobre 1948, 6 août 1949, 10 mars 1951, 2 juin 1951, 29 septembre 1951, 11 juin 1955, 18 juin 1955, 25 août 1955, 29 mars 1958, 28 février 1959, 25 avril 1959, 15 septembre 1962, 15 février 1964, 27 février 1965, 28 février 1967, 28 février 1970, 4 janvier 1975, 1er novembre 1975, 4 juin 1977, 27 janvier 2001. — Renseignements fournis à J. Girault par son fils, Jean Navarre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément