ROUVIER Simon, Joseph

Par Jacques Girault

Né le 11 juillet 1905 à Eoulx (Alpes-de-Haute Provence), mort le 21 février 1986 à Tourrette-Levens (Alpes-Maritimes) ; instituteur ; militant du SNI ; militant socialiste, maire de La Trinité (Alpes-Maritimes).

Fils d’un cultivateur et maréchal-ferrant, Simon Rouvier eut une éducation catholique. Élève de l’école primaire supérieure de Digne, il entra en 1922 à l’École normale d’instituteurs d’Avignon (Vaucluse) dans le contingent des élèves-maîtres bas-alpins. Il fut influencé par son professeur d’histoire Alfred Vaillandet, dirigeant socialiste. Réformé du service militaire, il enseigna dans des communes rurales de son département d’origine, dont La Garde à la fin des années 1920. Après son mariage religieux avec une institutrice en avril 1930 à Puget-Théniers (Alpes-Maritimes), il obtint sa mutation dans ce dernier département et fut instituteur à Roquebrune et directeur à Belvédère depuis 1935 avec son épouse. Ils avaient deux enfants qui furent baptisés.

Membre du Syndicat national (CGT) depuis 1927 puis du Syndicat national des instituteurs, il fut délégué cantonal et responsable de la trésorerie dans le conseil syndical de la section départementale des Basses-Alpes du SNI. Gréviste le 12 février 1934, il soutenait les actions pacifistes de la direction du SNI. Dans son enseignement, Simon Rouvier demandait à ses élèves d’enquêter sur les activités et divers aspects de la vie et de l’administration des communes, ce qui inquiéta à diverses reprises les pouvoirs publics.

Longtemps sympathisant socialiste, membre de la Ligue des droits de l’Homme, Simon Rouvier adhéra au Parti socialiste SFIO après la guerre.

Non mobilisé en septembre 1939, à la demande du maire, Simon Rouvier fut déplacé en mars 1941 à La Vernea, hameau dans l’arrière-pays niçois. Les parents d’élèves de Belvédère firent des démarches pour conserver leurs instituteurs.

Après la guerre, Simon Rouvier devint instituteur avec son épouse à La Trinité. Il fut maire de la commune dans les années 1960. Après son décès, son nom fut donné à une rue de La Trinité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170893, notice ROUVIER Simon, Joseph par Jacques Girault, version mise en ligne le 24 février 2015, dernière modification le 27 mars 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Alpes-Maritimes, dossiers de l’Inspection académique. — Renseignements fournis par l’intéressé en 1976.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément