SCHULZE-DELITZSCH Hermann

Par Jacques Droz

Né le 28 août 1808 à Delitzsch (Saxe), mort le 29 avril 1888 à Potsdam ; économiste libéral intéressé par la question sociale.

Après des études juridiques, Hermann Schulze-Delitzsch devint membre de la cour d’appel de Berlin, puis juge patrimonial dans sa ville natale. En 1848, les ex­périences de l’Arbeiterverbrüderung ne passant pas inaperçus à ses yeux, il fut élu à l’Assemblée prussienne puis au Landtag de Prusse, enfin au Reichstag de la Confédération de l’Allemagne du Nord et au Reichstag allemand. Comme député prussien, il appartint au centre gauche et joua un rôle considérable dans la formation du Nationalverein et du Parti allemand du progrès (Fortschrittspartei) où il prit une position anti-bismarckienne.
La révolution de 1848 avait fait comprendre à Schulze-Delitzsch, comme à beaucoup d’autres Allemands, que la voie des réformes n’était pas à chercher sur le plan politique, mais social et économique. Partisan d’une économie libérale de marché dominée selon lui par des lois inflexibles, il pensait que le sort des artisans, qu’il connaissait bien et auxquels il était très attaché, ne pouvait être soulagé que dans le cadre d’un régime coopératif qui leur permettrait, en rassemblant leur avoir et sur la base du self-help, de surmonter leur faiblesse matérielle. Hostile à toute intervention de l’État, mais influencé par Lassalle, il estimait que les petites entre­prises pourraient ainsi assurer leur existence et disposer des mêmes moyens que les grandes entreprises capitalistes. Il voyait également dans le développement des co­opératives une arme contre l’égoïsme et le matérialisme, ainsi qu’un instrument de l’éducation ouvrière à laquelle il attachait une grande importance et pour laquelle il créa en 1871 une Société pour l’élargissement de la culture populaire. Il jugeait enfin que les coopératives fusionneraient les intérêts souvent divergents entre les ouvriers et les artisans et contribueraient à la création d’un puissant Mittelstand (classes moyennes), garant de la paix sociale.
Après avoir créé des associations coopératives de menuisiers et de cordonniers capables d’acheter du matériel brut, Schulze-Delitzsch constitua une société desti­née à faire des avances financières (Vorschussverein) aux petites entreprises. Au cours des années cinquante et soixante, il poursuivit sa propagande dans les jour­naux (Die Grenzboten, Die Zukunft), dans les congrès d’économistes et à la tribune du Landtag prussien où il attaqua durement la politique de Bismarck, En 1873, Schulze-Delitzsch reçut de l’Université de Heidelberg le titre de docteur honoris causa. Son influence ne fut pas négligeable : l’idée des coopératives fut reprise par de nombreux économistes conservateurs (Huber, Ketteler) et libéraux (Harkort, Schmoller, etc.) ; les sociétés de consommation Hirsch-Duncker s’inspirè­rent de ses idées. Mais son rayonnement ne fut guère sensible que dans la petite bourgeoisie — les ouvriers ayant été séduits par la propagande lassallienne et les paysans s’enrôlant dans les sociétés dirigées par Raiffeisen —, qui lui devait beau­coup, mais pour qui les considérations caritatives et religieuses étaient essentielles. Il n’est pas possible de dire que Schulze-Delitzsch avait réussi à convertir au libé­ralisme ne serait-ce qu’une partie de la classe des travailleurs.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216881, notice SCHULZE-DELITZSCH Hermann par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 20 mai 2020.

Par Jacques Droz

ŒUVRE : Schriften und Reden, prés, par H. Thorwart, 5 vol., 1909-1911.

SOURCES : W. Conze, Möglichkeiten und Grenzen der liberalen Arbeiterbewegung in Deutschland. Das Beispiel Schulze Delitzschs, Heidelberg, 1965. — B. Schulze, « Zur linksliberalen Ideologie und Politik. Ein Beitrag zur politischen Biographie Schulze-Delitzschs », in H, Barthel, E. Engelberg, Die grosspreussisch-militaristische Reichsgründung 1871. Voraussetzuhgen und Folgen, 2 vol., Berlin-Est, 1971. — J.J. Sheehan, German Liberalism in the Nineteenth Century, Chicago, 1978. — T. Ottermann, Arbeiterbewegung und liberales Bürgertum in Deutschland 1850-1863, Bonn, 1979. — Rita Aldenhoff, Schulze-Delitzsch : ein Beitrag zur Geschichte des Liberalismus zwischen Revolution und Reichsgründung, Baden-Baden, 1984.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément