BARBEROUSSE Louise

Par Julien Chuzeville

Née le 9 mars 1836 à Cosne (Cosne-Cours-sur-Loire, Nièvre), morte le 13 mars 1900 à Paris (1er arr.) ; institutrice puis directrice d’école à Paris ; militante féministe et socialiste.

Louise Barberousse fut institutrice dans la Nièvre, puis en Grande-Bretagne.
En 1883, Louise Barberousse était la directrice de l’école laïque de jeunes filles de la rue Jean-Lantier (Paris, Ier arr.). Cette école se déplaça ensuite au 67 de la rue Saint-Honoré, puis au 10 de la rue Boucher.
Louise Barberousse créa en 1884 la Ligue de protection des femmes (ou Ligue de la protection des femmes), dont elle fut la présidente. Elle demanda son inscription sur les listes électorales du Ier arrondissement de Paris, ce qui lui fut refusé ; elle fit appel de cette décision, mais fut déboutée.
En 1885, la Ligue de protection des femmes devint la Fédération républicaine socialiste, qui initia des candidatures de femmes pour les élections législatives. Louise Barberousse fut l’une d’elles, aux côtés notamment de Léonie Rouzade, Eliska Vincent et Louise Martane.
En 1887, Louise Barberousse était membre de la Société pour l’amélioration du sort de la femme et la revendication de ses droits. En août 1887, elle intervint dans une conférence publique de cette Société, à Paris, sur le thème : « La Femme asservie par les religions ».
En 1893, elle était membre de la Ligue de l’affranchissement des Femmes. En 1899, elle était secrétaire archiviste de la Société pour l’amélioration du sort de la femme et la revendication de ses droits.
Elle était franc-maçonne, au Droit Humain.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241123, notice BARBEROUSSE Louise par Julien Chuzeville, version mise en ligne le 19 juin 2021, dernière modification le 23 juillet 2021.

Par Julien Chuzeville

SOURCES : Le XIXe siècle, 21 septembre 1883. — Le Rappel, 11 juillet 1884 et 7 avril 1893. — Le Temps, 13 décembre 1884 et 8 février 1885. — La Loi, 14 février 1885. — La Petite République, 15 août 1885. — Le Soir, 21 août 1885. — Le Voltaire, 4 septembre 1885. — La Citoyenne, octobre 1885. — Le Siècle, 29 juin 1887. — La Lanterne, 19 août 1887 et 15 décembre 1890. — La Fronde, 7 janvier, 2 février et 13 juin 1899. — État civil de Paris et de la Nièvre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément