LÉGALITÉ Charles, Gustave, dit Égalité

Né à Argentan (Orne) le 26 octobre 1822 ; serrurier ; marié, père de deux enfants, ancien combattant de juin 1848 selon L. Descaves ; capitaine au 69e bataillon fédéré de la Commune de Paris ; membre de l’Association Internationale des Travailleurs, « ancien délégué de la section des Batignolles ».

En tant que membre de la section des Batignolles (cf. Dict., t. IV, p. 47), Légalité signa le manifeste contre la guerre adressé aux travailleurs de tous pays, en juillet 1870.
Il fut traduit, le 9 août 1870, devant la 6e Chambre du tribunal correctionnel de Paris sous prévention d’avoir, depuis moins de trois ans à Paris, fait partie d’une association de plus de vingt personnes (Gazette des Tribunaux, 10 août 1870), mais la cause fut renvoyée.
Légalité était simple garde au 69e bataillon pendant le Siège. Son dernier domicile connu à Paris avant 1871 était, 18, rue du Rocher, VIIIe arr. En février 1870, il habitait, 40, rue de Naples, dans le même arr. (La Marseillaise, 6 février 1870).

Sous la Commune de Paris, il appartint, ainsi que Bauche, Bressler et Denneville, au bureau militaire de la VIIIe légion fédérée (cf. J.O. Commune, 18 mai 1871).
Par contumace, le 20e conseil de guerre le condamna, le 7 janvier 1873, à la déportation dans une enceinte fortifiée.
Réfugié d’abord à Londres, il se rendit à Bruxelles, d’où il fut expulsé le 21 janvier 1874, puis en Alsace ; il habita Genève à partir de 1876. Il fit partie à l’étranger de la société de réfugiés « La Solidarité ».
Il fut gracié le 5 juin 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article63945, notice LÉGALITÉ Charles, Gustave, dit Égalité, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 8 décembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/863, n° 6400. — Arch. Min. Guerre, 20e conseil (n° 661). — L. Descaves, Philémon..., op. cit., pp. 92 et 269. — J.O. Commune, op. cit., 8 mai 1871. — Murailles... 1871, op. cit., p. 517. — Arch. gén. Roy. Belgique, dossier de Sûreté n° 271 728 (en 1880). — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément