AVISSE Gustave, Alfred, Eugène [Georges puis LEBERT dans la Résistance]

Par Jean-Pierre Besse

Né le 8 février 1908 au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), mort le 4 octobre 1994 au Havre ; docker, chauffeur routier ; résistant, syndicaliste et militant communiste de Seine-Inférieure ; responsable départemental des FTP dans la Somme (février-août 1943) ; interrégional FTP pour l’inter 27 puis 29.

Fils d’un marin de Terre-Neuve, pêcheur puis docker, Gustave Avisse fut orphelin dès l’âge de dix ans et commença à travailler à treize ans. Il effectua divers métiers et adhéra aux Jeunesses communistes en 1924. Il découvrit alors l’université populaire et par ce biais le théâtre et l’opéra qui resta la passion de sa vie. Gustave Avisse participa aussi aux activités sportives du Travail sporting club où selon son épouse il obtint l’adhésion d’Auguste Delaune au Parti communiste. Son épouse affirme que contrairement à ce qui est écrit dans le tome 17 du Maitron, il ne fut jamais docker.

Au cours de son service militaire qu’il effectua à Toul, Gustave Avisse apprit à conduire des camions et à la fin de son service travailla comme chauffeur routier. Il adhéra à la CGTU puis au Parti communiste.

En 1936, Gustave Avisse créa le syndicat des chauffeurs routiers et du personnel des transports assimilés du Havre et de sa région. Ses activités syndicales lui valurent d’être licencié en 1938. Gustave Avisse se trouva une nouvelle fois obligé d’exercer divers métiers pour vivre.

Mobilisé en septembre 1939, il passa l’hiver en Lorraine et en mai-juin 1940 participa aux combats dans la Somme. Gustave Avisse fut démobilisé à Sarlat (Dordogne) pendant l’été 1940 et revint le 1er septembre 1940 au Havre.

Aussitôt en contact avec Paul Lemarchand, Georges Déziré et André Pican, il participa à la reconstruction du Parti communiste au Havre, assurant en particulier l’impression et la distribution des tracts. Il fut responsable aux cadres et à l’organisation dans le premier triangle de direction de la section du Havre, fin 1940. Membre de l’Organisation spéciale (OS) fin 1941, Gustave Avisse entra aux FTP dès leur création début 1942, réalisa plusieurs actions en compagnie d’André Duroméa et passa dans l’illégalité en février 1943.

À cette date il fut nommé responsable régional des FTP pour la Somme où il remplaçait Jules Bridoux (Michel) repéré par les autorités allemandes et la police de Vichy. Il y organisa deux opérations retentissantes : l’évasion de Julien Lefranc de l’hôpital d’Amiens (Somme) et le déraillement d’un train de soldats allemands qui partaient en Italie à Beaucourt-Hamel en juillet 1943.

En août 1943, André Duroméa, inter FTP dans l’interrégion 27 dite Normandie-Picardie, fut nommé dans la région de Bordeaux, ce fut Gustave Avisse, qui le remplaça sous le pseudonyme de Georges. C’est là qu’il fit la connaissance d’une nouvelle agent de liaison, Nadia Pilard, Claudine, qui devait devenir son épouse.

Au début de l’année 1944, Gustave Avisse était nommé dans l’interrégion 29 (Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Vienne, Vendée, Deux-Sèvres) avant d’être appelé à Paris en mai 1944 par Albert Ouzoulias*, après la destruction du groupe Manouchian (février-mars 1944), et de devenir en juillet chef du 3e bureau de l’État-major départemental de la Seine des FFI sous les ordres de Lizé. Lébert, son nouveau pseudonyme, participa aux combats de la Libération, fut blessé place de la République et soigné au Val de Grâce.

Gustave Avisse s’engagea dans l’armée De Lattre et en décembre 1944 participa à la libération de Colmar avec la colonne Fabien. Il revint en février 1945 à Parthenay (Deux-Sèvres) pour prendre la direction d’une compagnie et fut homologué capitaine. Gustave Avisse se maria le 22 février 1945 à Thouars (Deux-Sèvres) puis partit dans les troupes d’occupation en Allemagne.

Démobilisé à Versailles en janvier 1946, Gustave Avisse ne milita plus au Parti communiste même s’il continua à lire l’Humanité et à voter communiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10560, notice AVISSE Gustave, Alfred, Eugène [Georges puis LEBERT dans la Résistance] par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 1er octobre 2017.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Inférieure, 1 MP 607. — Souvenirs dactylographiés de Gustave Avisse. — Renseignements fournis par Nadia Avisse. — Colonel Rol-Tanguy et Roger Bourderon, Libération de Paris, les cent documents, Paris, Hachette Pluriel, 1994, 331 p. —Marie-Paule Dhaille-Hervieu, Communisme au Havre, communistes au Havre, société, culture et politique 1930-1983, op. cit. — Notes de Marcel Boivin et Claude Pennetier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément