BUFQUIN des ESSARTS Georges, dit Billy Young.

Par Jean-Louis Delaet

Mont-sur-Marchienne (aujourd’hui commune de Charleroi, pr. Hainaut, arr. Charleroi), 24 septembre 1867 – Mont-sur-Marchienne, 25 octobre 1922. Journaliste, correspondant du Peuple, frère de Gustave et Jules Bufquin des Essarts.

Georges Bufquin des Essarts est un des membres de la trinité Bufquin des Essarts qui fait du Journal de Charleroi, ce qu’il est devenu. Cadet des fils de Louis-Xavier Bufquin des Essarts, il poursuit ses études aux lycées de Douai et Charleville, comme ses frères Jules et Gustave.

Tenté par l’aventure, alors que ses frères optent pour la nationalité belge, Georges des Essarts s’embarque comme mousse et fait son service militaire dans la marine française. Il est atteint par la fièvre jaune à Saint-Louis du Sénégal. Fils de journaliste, frère de journalistes, il a le métier dans les veines et le prouve. Mais, français, il ne se mêle pas directement aux luttes politiques.

Signant « Billy Young », Georges des Essarts se spécialise dans le grand reportage. Il est le type même de l’informateur toujours à l’affût de l’événement qui fait l’actualité. En 1900, il devient correspondant du Peuple pour la région de Charleroi.

En 1914, président de la section Hainaut-Namur de l’AGPB (Association générale de la presse belge), Georges des Essarts doit défendre l’indépendance de la presse carolorégienne et la dignité des journalistes contre les prétentions de l’occupant allemand. Il constitue, avec Vital Françoise, directeur des ACEC, le Comité de secours des réfugiés français à Charleroi. Il meurt après une longue maladie à la Villa Laura à Mont-sur-Marchienne en 1922.

Georges Bufquin des Essarts est l’oncle de Louis, Marcel et Marius, et le grand-oncle de Jacques Bufquin des Essarts.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article166972, notice BUFQUIN des ESSARTS Georges, dit Billy Young. par Jean-Louis Delaet, version mise en ligne le 29 octobre 2014, dernière modification le 13 décembre 2019.

Par Jean-Louis Delaet

SOURCE : Journal de Charleroi, 17 et 30 octobre 1922.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément