GECK Ernest, Adolf

Par Jacques Droz

Né le 9 février 1854 à Offenbürg (Bade), mort le 13 avril 1942 à Offenbürg (Bade) ; parlementaire social-démocrate de gauche.

Né dans une famille aisée de tendance démocratique dont l’un des membres, Amand Gœgg (1820-1887), avait joué un rôle important dans la révolution badoise de 1848, Ernest Geck fit des études d’ingénieur, notamment au Politechnikum de Karlsruhe. Membre de la Deutsche Volkspartei, il se convertit au socialisme sous l’influence de Bebel, qui était l’hôte de ses parents, et devint à Offenburg le directeur du Volksfreund, au cœur d’un groupe social-démocrate très actif dans cette ville et qui, après la levée du Sozialistengesetz, prit la direction du mouvement socialiste en Bade. Bien qu’il se soit intéressé aux questions générales, notamment aux problèmes agraires, c’est au grand-duché de Bade qu’il consacra sa carrière politique, qui se déroula au Landtag de Karlsruhe, ainsi qu’au Reichstag. Hostile aux orientations de son parti, il s’en tint aux directives révolutionnaires qui lui venaient de Bebel, de Clara Zetkin et de Rosa Luxemburg et combattit la tendance révisionniste, représentée si fortement à Karlsruhe par W. Kolb et L. Frank ; il ne cessa de condamner le vote du budget du Land par les élus socialistes. Pendant la guerre, il fut hostile à l’Union sacrée, sans toutefois glisser vers une attitude révolutionnaire. En 1917, il entra à l’USPD, qui l’envoya de nouveau au Reichstag, mais lors du congrès de Halle, il refusa d’entrer au KPD. Il revint finalement au SPD, sans toutefois y jouer dorénavant un rôle majeur. Son neveu, Oskar Geck, joua également, en tant que directeur de la Mannheimer Volksstimme (1901-1928), un grand rôle dans la social-démocratie badoise.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216251, notice GECK Ernest, Adolf par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 26 février 2020.

Par Jacques Droz

SOURCES : G. Haselier, « Adolf Geck als Politiker und Mensch ïm Spiegel seines schriftlichen Nachlasses », in Zeitschrift fur Geschichte des Oberrheins, 115, 1967. — E. Dittler, Adolf Geck, 1854-1942 : ein Offenburger Soziaidemokrat in der Weimarer Republik, s.l., 1983 ; Adolf Geck, 1854-1942 : von der « Roten Feldpost » zum Arbeiterrat, s.l., 1982. — Osterroth, op. cit. — Lexikon, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément