CASTILLE Madeleine, Marguerite

Par Daniel Grason

Née le 12 janvier 1920 à Barbaste arrondissement de Nérac (Lot-et-Garonne), morte le 20 septembre 2001 à Quincy-sous-Sénart (Essonne) ; employée à la SNCF ; membre des Jeunes Filles de France ; résistante ; déportée à Ravensbrück (Allemagne).

Fille de Maurice et de Germaine née Bouchou, célibataire, elle habita chez ses parents au 90 rue Pierre Joigneaux à Bois-Colombes (Seine, Hauts-de-Seine). Depuis 1938 elle était employée de bureau auxiliaire à la SNCF, au 11 rue de Laborde à Paris (VIIIe arr.), elle était payée 1.800 francs par mois. Elle adhéra aux Jeunes filles de France et y milita de février 1939 jusqu’à sa dissolution en septembre.
Elle fit la connaissance de Raoul Bey, il fut hébergé pendant trois mois au domicile de ses parents. Elle quitta le domicile familial en janvier 1942 pour le 8 impasse Dombasle à Paris (XVe arr.) où elle vivait avec son ami Bey alias "Lagarrigue".
La police effectua une perquisition Impasse Dombasle où habitait Madeleine Castille et où fut hébergé Raoul Bey. Le logement de deux pièces dans un pavillon avait été loué par elle à la concierge. Furent saisis environ 2.000 feuilles de papier. Interrogée, Sophie la concierge expliqua aux policiers avoir loué les lieux au cours du mois de janvier à Madeleine Castille. "Lagarrigue" vint vivre chez son amie quelques jours plus tard.
Sophie Davidson, la concierge déclara aux policiers : « Sur mes deux locataires, je ne puis donner que de bons renseignements ».
Dans le logement de l’impasse Dombasle où vivaient Raoul Bey et Madeleine Castille 2.000 feuilles de papier étaient saisies. Le frère de Madeleine, Pierre âgé de dix-sept ans nia être informé de la présence du papier, les policiers furent septiques…
Interrogée par un juge d’instruction le 24 avril 1942, Madeleine Castille déclara : « J’ai été inscrite aux Jeunes filles de France de février 1939 au mois de septembre suivant date de la dissolution ».
« En juin 1941 mon père a été interné au camp de Compiègne », il fut libéré en décembre de la même année. Elle affirma avoir appris la véritable identité de son ami Raoul Bey à la suite de l’enquête de la police, ainsi que ses idées politiques. Le juge d’instruction fut septique « Il semble cependant que la seule raison pour vos parents de donner l’hospitalité à Bey ne peut être que la similitude des tendances politiques ».
Cependant, elle avait été surprise quand un homme s’est présenté chez eux comme « l’ami du Maréchal ». « Mais » déclara-t-elle au juge : « je n’ai pas demandé à mon ami ce que cela pouvait signifier ». Cet « ami du Maréchal » revint « à deux reprises ». Elle affirma avoir tout « ignoré jusqu’à l’enquête de la police » y compris l’existence de « Fournier Robert ni de sa sœur Jeanne ni de madame Lalet ».
Dans ses conclusions le juge d’instruction écrivit qu’elle « n’ignorait pas les agissements » de son ami Bey, qu’elle « connaissait l’existence du papier […] devant servir à la confection de tracts ». Elle fut inculpée d’infraction au décret du 26 septembre 1939.
Incarcérée, Madeleine Castille était dans le convoi de 552 femmes qui partit de Compiègne le à destination de Ravensbrück en Allemagne. Elle a été affectée au kommando de travail de Zwodau situé à une trentaine de kilomètres de Karlovy Vary en Tchécoslovaquie. Les détenues travaillaient pour la firme Siemens.
De de ce convoi de 552 femmes, 426 rentrèrent de déportation matricule 39145 Madeleine Castille était parmi les survivantes, ainsi que notamment : Germaine Barjon, Georgette Cadras, Marcelle Galli, Odette Janvier, Nathalie Mettendorf, d’autres résistantes furent affectées à d’autres kommandos de travail, ce fut le cas de Jeanne Dallidet, Geneviève Leider,Renée Mahoudeau, Nathalie Mettendorf, Georgette Sillis, Renée Sterckx, et Lucie Vanhille.
Madeleine Castille a été homologuée Déportée et internée de la Résistance (DIR), Résistante intérieure française (RIF) et membre du Front national.
Elle mourut à l’âge de 81 ans le 20 septembre 2001 à Quincy-sous-Sénart (Essonne)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248790, notice CASTILLE Madeleine, Marguerite par Daniel Grason, version mise en ligne le 9 juin 2022, dernière modification le 9 juin 2022.

Par Daniel Grason

SOURCES : AN Z/4/54 dossier 376 (transmis par Gérard Larue). – Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 111428. – État civil site internet Match ID. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément