Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), les fusillés du 92° RI, 20 décembre 1943

Par Eric Panthou

En représailles à l’attaque d’un hôtel réquisitionné par les Allemands, le chef du SD de Vichy ordonne l’exécution d’otages. 20 prisonniers, la plupart Résistants, détenus à la caserne du 92° RI de Clermont-Ferrand sont exécutés sommairement par fusillade le 20 décembre 1943 au stand de tir de la caserne.

Prison militaire du 92° RI de Clermont-Ferrand

Du 11 novembre 1942 à fin août 1944, la prison militaire allemande du 92 a détenu une grande partie des résistants internés et des personnes raflées de la région Auvergne avant leur déportation
Le 20 décembre 1943, vingt personnes arrêtées les jours précédents dans la région ont été fusillés au stand de tir du 92 e RI, à Clermont-Ferrand après avoir été torturées. Ces hommess n’étaient pas internés dans la prison militaire allemande du 92 mais dans un des bâtiments de l’ancienne caserne du 92.
Ces exécutions firent suite à la rafle dite de Billom (Puy-de-Dôme) qui a eu lieu quatre jours plus tôt. Elles furent décidées en représailles à l’attaque par les FTP du groupe Gabriel-Péri le 16 décembre d’un Hôtel réquisitionné par les Allemands. L’Hôtel du Globe se situait avenue du château Rouge à Clermont-Ferrand. Sur décision de Blumenkamp, chef du Sonder Kommando de Vichy, 24 personnes arrêtées dans les deux derniers mois devaient être fusillées comme otages, surtout des raflés de Billom et aussi de Saint-Maurice, et quelques autres arrêtés à Clermont-Ferrand.

Ils furent exécutés sans condamnation en début d’après-midi le 20 décembre après avoir été acheminés en voiture. Des civils furent ensuite envoyés avec des pelles et pioches pour recouvrir immédiatement leurs corps.
Selon le témoignage de Georges Mathie, membre français du SD, à la fin du dossier de chaque exécuté, figurait une remarque déclarant que l’intéressé avait participé à une mutinerie à la prison militaire dans le but de s’évader. Cette façon de faire était courante pour justifier les exécutions auprès du BDS de Paris.

Les corps furent exhumés entre le 11 et le 23 septembre 1944 dans une fosse commune du 92° RI. Dix-sept ont été identifiés en septembre 1944, les autres après.

Leur nom figure sur une plaque commémorative du Stand de Tir du 92e RI à Clermont-Ferrand.

Liste des victimes

Résistants :

BARNIER Pierre
Bonnet Roger
Bonniol Gaston
CORNUÉJOULS
Coudert Albert
Delavet Jean-Baptiste
Einstein Bruno
Erny Lucien
Jaffeux Marius
Lacour Gabriel
Laroche Jean
Léoty Joseph
Meunier Jacques
Perrain Jean
Pottier Pierre
Sabatier Paul
Sommevialle Roger
Vaure François

Civils :

Picard Paul
Pradier François

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221484, notice Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), les fusillés du 92° RI, 20 décembre 1943 par Eric Panthou, version mise en ligne le 23 décembre 2019, dernière modification le 25 décembre 2019.

Par Eric Panthou

Prison militaire du 92° RI de Clermont-Ferrand
Plaque commémorative en hommage aux fusillés du stand de tir du 92° RI le 20 décembre 1943
Cercueils des victimes trouvées dans la fosse du stand de tir du 92° RI
Accès au stand de tir du 92° RI
Cercueils des victimes du stand de tir du 92° RI

SOURCES : Manuel Rispal Billom 1941-1943. Ytrac : éditions Authefois, 2013 .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 98 : Clermont-Ferrand, exécution de 20 prisonniers .— Archives privées Alphonse Rozier .— Mémorialgenweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément