RIBEYROLLES Charles

Né le 16 décembre 1812 à Martel (Lot), mort le 13 juin 1861 à Rio-de-Janeiro (Brésil) ; Journaliste démocrate ; en exil après 1849.

Charles Ribeyrolles photographié à Jersey par Charles Hugo entre 1853 et 1855
Charles Ribeyrolles photographié à Jersey par Charles Hugo entre 1853 et 1855
(Maison de Victor Hugo - Hauteville House)

Il devait être le rédacteur en chef politique du quotidien mort-né Le Peuple (Prospectus du 31 octobre 1846, Bibl. Nat., Lc 2/1639), dont Lucien De La Hodde aurait été le rédacteur en chef littéraire. Ce rapprochement avec le dénonciateur des sociétés secrètes républicaines et socialistes de la fin de la monarchie de Juillet, avec le provocateur De La Hodde, démasqué en 1848, n’a pas d’autre sens que de situer Ribeyrolles à l’aile extrême du « radicalisme » des années 40. Rédacteur à La Réforme, Charles Ribeyrolles, du fait des fonctions officielles de Ledru-Rollin, puis de circonstances diverses, devint le rédacteur en chef du journal jusqu’à la malheureuse affaire du 13 juin 1849. Il fut arrêté pour sa participation aux événements, puis relâché. Il s’expatria un peu plus tard et résidait en Angleterre à la veille du coup d’État du 2 décembre 1851. Avec Louis Blanc et Martin Bernard, il se rendit alors en Belgique, dans l’espoir d’organiser la résistance dans les départements du Nord de la France.

Vers 1853, Ribeyrolles se trouvait dans l’entourage de Victor Hugo à Jersey et publiait le journal L’Homme. Il jouait aussi un rôle important dans les actes et les manifestes de l’émigration. Expulsé de l’île en 1855 suite au « Coup d’État de Jersey », Il jugea préférable de s’en aller très loin, au Brésil. Il n’en revint pas.

De l’avis des bons juges des talents déployés sous la Seconde République, et par exemple d’Amédée Dunois, Ribeyrolles avait été avec Charles Delescluze l’un des deux meilleurs journalistes de l’époque.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article37005, notice RIBEYROLLES Charles, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 28 août 2020.
Charles Ribeyrolles photographié à Jersey par Charles Hugo entre 1853 et 1855
Charles Ribeyrolles photographié à Jersey par Charles Hugo entre 1853 et 1855
(Maison de Victor Hugo - Hauteville House)

SOURCES : Arch. PPo., Fichier alphabétique. — BnF, Notice autorité Ribeyrolles, Charles. — Archives de l’Oise, Album Asplet. — Maison de Victor Hugo - Hauteville House, Photographie Charles Ribeyrolles. — A la France. L’agent provocateur Hubert, Jersey : imp. universelle, [1853]. — Victor Hugo, « 1853-L’espion Hubert », Oeuvres inédites de Victor Hugo. Choses vues, 1888, p. 291-330. — Victor Hugo, Oeuvres complètes de Victor Hugo. Actes et paroles. 2 publiées par Paul Meurice, puis par Gustave Simon, 1937-1940, p. 123-125. — Le Rappel, 1er septembre 1869. — Gustave Lefrançais, Souvenirs d’un Révolutionnaire. — I. Tchernoff, Le Parti républicain au coup d’État et sous le Second Empire. — Amédée Dunois, préface de la réédition de l’Histoire de la Commune de Lissagaray. — Pierre Angrand, Victor Hugo raconté par les Papiers d’État, Paris, 1961. — Thomas C Jones, « Rallier la république en exil. L’Homme de Ribeyrolles », dans : Thomas Bouchet éd., Quand les socialistes inventaient l’avenir. Presse, théories et expériences, 1825-1860. Paris, La Découverte, 2015, p. 348-360. — Notes de Gauthier Langlois.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément